ATQL_Athenes_mTextes poétiques grecs et français

Spectacle créé Saison 2002- 2003
Représenté :
- à Antony le 26 octobre 2002 au Théâtre Firmin Gémier
Repris en tournée :
- à Bordeaux le 22 Février 2003 ;
- en Grèce en mars 2003 :
    o le 12 mars à l’Institut Français d’Athènes ;
    o le 13 mars à l’Amphithéâtre de l’université de Corfou.

Mise en scène : Claude Coulon et Ahouva Lion
Régie : Ronan Golhen et Constantin Prévélakis

Avec : Constantin Prévélakis, Laurent Gensbittel, Leslie Coudray, Anne Josserand, Aude Placet, Astrid De La Pinsonnais, Mehdi Khakzad, Elisa Tétard, Anne-Charlotte Taffouraud, Aurélie Miermont, Catherine Lagneau, Amandine Lacouture, Raphaëlle Misrahi, Jérôme Piques, Aurélie Gourves, Rohan Tesh, Ronan Golhen, Angélique Boylan, Vincent Mazel.

On peut estimer, aimer raisonnablement ou éprouver une grande passion pour l’Espagne, l’Angleterre ou la Finlande. Nos liens avec la Grèce sont d’une autre nature. Notre vision de l’île de lumière où l’homme, à ses risques et périls, a repris aux dieux le feu du ciel, c'est elle. Notre idéal de justice qui plaide pour qu’un soleil nouveau plus doux aux plus malheureux se lève après de terribles couchants de défaites et de misères, c'est elle. L’histoire passe et s’arrête, à Salamine comme à Missolonghi. La Grèce nous a appris que demain est un autre jour, qu’il ne faut jamais désespérer ; qu’il y avait une urgence à rejeter les faiblesses et les compromissions, un appel irrésistible à dire le non qu’il faut, même quand les autres ne le disent pas, surtout si les autres ne le disent pas. Au seuil de toutes les chambres où Egisthe fait triompher le crime se dresse la silhouette d’Electre qui pousse son cri éternel. Ce cri, c'est celui de Cavafy, de Séféris, d’Elytis ; de ces poètes qui sont la Grèce pour toujours, comme cette adorable femme aux vêtements blancs et bleus que Delacroix avait fait se dresser sur des ruines ou peut-être des barricades. Que ces étudiants qui sont l’avenir puisqu’ils ont choisi le chemin de beauté à travers le théâtre prononcent les paroles de ces poètes leur redonnant vie auprès d’un public qui grâce à eux les aimera, voilà qui nous prouve que la Grèce de Delacroix était habillée des couleurs du ciel et de l’espérance. (Claude Coulon)

atql_antony_m


Extraits du spectacle